Blog

5 bonheurs d’expatrié français.

Il y a un truc super marrant quand t’es expatrié, c’est que d’un coup, tu comprends la chanson de Baloo. Ce gros ours de Disney avait bien raison : il en faut peu pour être heureux.

J’y pensais il y a quelques jours, quand j’ai vus des Pim’s Framboise dans mon supermarché… honnêtement, j’en ai eu les larmes aux yeux. Voici donc une petite liste de 5 petits bonheurs d’expatrié.

Ma cinquième rentrée

Le 28 aout 2019, j’arrivais au Koweït pour la cinquième année consécutive. En tant qu’expatriée, j’ai l’impression de vivre des mini-déménagements à chaque été. Chaque fois que je quitte la France pour retourner au Koweït, j’ai ma valise pleine à craquer et le coeur lourd. Mais aussi l’excitation et l’impatience de rentrer chez moi.

Retrouver ma voiture, mes rues et mes habitudes. Mais cette année, ça a été différent. Laisse moi t’expliquer pourquoi.

Les amitiés quand on s’expatrie

Au début, je voulais parler des départs. Comment les gérer ? Comment s’en protéger ? Et puis, impossible d’écrire à ce propos. Parce que, pour faire simple : on ne les gère pas, on ne s’en protège pas. On s’y habitue. Mais j’ai souvent parlé de ça avec mes amis en France, avec ma famille. Et même avec les gens que j’ai rencontré ici. Quels genre d’amitiés on créé, quand on est expatrié ?

La culpabilité de l’expatrié

Il y a un énorme marketing autour de l’expatriation, du voyage et de toute cette vie ailleurs. Il suffit de voir les comptes Instagram de grands voyageurs, ces vidéos youtube filmées à coup de GoPro. Images parfaites et musiques percutantes. Ces formations vendues par des gens qui vous demandent si, vous aussi, vous voulez que la plage soit votre bureau. Partir vivre ailleurs fait de vous quelqu’un d’ouvert, de motivé et de curieux. Vous devez être heureux parce que vous avez la chance de vivre ailleurs. Mais pourquoi on ne parle jamais des mauvais côtés de l’expatriation ?

Comment surmonter le blues de l’expatrié ?

Souvent, l’expatriation est vue comme un rêve. On parle beaucoup de l’expatriation dans des pays de rêve. Finie la vie en ville, bonjour les villas sur le bord de mer ! Apparemment, l’expatriation c’est synonyme de fête perpétuelle et de chill. Cependant, personne n’aborde jamais la plus grosse difficulté liée à l’expatriation : le blues de l’expatrié. Alors, c’est quoi, ça ?

6 choses que j’aurais aimé savoir avant de partir

Le Koweït est ma première expatriation. C’était aussi la première fois que j’emménageais seule, la première fois que je me retrouvais à faire autre chose qu’enseigner le Français Langue Étrangère. C’était la première fois que j’allais passer plus de cinq mois loin de ma famille. Aussi la première fois que j’allais vivre dans une autre langue que la mienne… 

Et toi ? Tu restes combien de temps ?

Quand je suis arrivée au Koweït, j’ai rencontré un français, nous sommes devenus amis, et quatre mois plus tard, il partait. C’était la première fois que j’étais face au départ de quelqu’un que j’appréciais. Pas la première fois de ma vie, mais la première fois alors que je vivais dans un pays où je ne connaissais personne. Il était une sorte d’ancrage, de point d’attache, de Dieu-merci-je-ne-suis-pas-seule et il est parti. Et par la suite, j’ai compris qu’il fallait que je m’habitue à ces départs.

Expatriation : comment se sentir chez soi ?

On aborde le sujet qui m’a pris le plus la tête depuis que je suis arrivée au Koweit ! Comment se sentir chez soi dans un pays qui nous est inconnu ? C’est particulier de quitter ses amis, sa famille et ses habitudes pour un tout nouveau pays. J’ai décidé de défaire les noeuds que je me suis fait au cerveau pendant trois ans et donner quelques conseils pour t’éviter de te faire les même !