Conduire au Koweït

La vie au Koweït pour les piétons n’est pas vraiment quelque chose d’agréable et conduire semble terrifiant au premier abord. La conduite ici, c’est un peu GTA. Du coup, quand on regarde tout ça de l’extérieur, disons que ça ne donne pas très envie. Mais si vous voulez profiter du Koweït, il vaut mieux avoir une voiture.

Un réseau de transport en commun pas très au point

Quand je suis arrivée en 2015, j’ai lu un article qui disait que le métro serait disponible au Koweït en 2020. Je me souviens que j’en parlais à ma mère en disant que je serais sûrement partie d’ici là. Nous sommes en 2021, je suis toujours au Koweït et il n’y a toujours pas de métro. Je n’ai même pas vu l’ombre d’un début de construction qui va dans ce sens.

Par contre, il y a des bus. Dans lesquels je n’ai jamais mis les pieds, malgré une volonté de rendre l’expérience plus agréable. Désormais, il y a des bus à deux étages, comme à Londres. Je n’ai jamais pris le temps de regarder comment fonctionnent les bus, je sais qu’il y a des arrêts pas loin de chez moi mais je ne sais pas où ils vont. Un ami français me disait qu’il les utilisait en arrivant au Koweït et que ce n’était pas si mal. Ce n’est pas cher et il arrivait toujours à destination.

Quand je suis arrivée, les bus étaient vraiment dans des états lamentables : vieux, sales et franchement, je n’ai pas la certitude qu’ils étaient passés au contrôle technique… Mais ils se sont modernisés et donc ils commencent aussi à être de plus en plus plus utilisé. Il y a même un Koweïtien qui a fait un compte Instagram afin de rendre le bus plus glamour. Car, pour être honnête, quand je suis arrivée, il me semblait vraiment que le bus était présent uniquement pour les populations pauvres.

Les autres avaient les moyens de payer un taxi. Et dans le taxi, j’ai vu à quel point les règles sur la route étaient très loin de ce que j’avais connu en France.

Des bus comme ça, je les prends tous les jours ! Photo by Lucia Lua Ramirez on Unsplash

Conduire au Koweït ? La loi de la jungle

Avant même de penser à conduire au Koweït, il faut traverser les rouages de l’administration. Je ne suis pas au point sur les dernières mesures en ce qui concerne le permis. Je sais juste que passer le permis dépend d’énormément de choses. Votre salaire, votre emploi, votre nationalité, si vous avez déjà obtenu le permis ailleurs et si le monsieur des permis veut bien vous le donner.

Je crois qu’il n’est pas possible de faire un échange standard. En tous cas, j’ai du passer de nouveau le code de la route et un petit examen de conduite. Je n’ai pas eu besoin de pendre d’heures de conduite car j’ai obtenu mon permis en France.

Cependant, il y a tout un tas de paperasserie à faire. Je suis arrivée fin aout, ai eu ma résidence fin octobre et ai passé mon permis en février. Le temps d’attente est long… Et je suis chanceuse ! Je l’ai eu du premier coup. J’ai du passer l’examen du code de la route. Comparé à l’enfer que l’on vit en France, ça c’est très facile. Ensuite, en circuit fermé, j’ai passé l’examen de conduite.

Pour moi, le plus difficile a été de me retrouver dans une voiture automatique. Je n’avais conduit que des manuelles depuis mon permis de conduire. Le monsieur à qui j’ai loué la voiture m’a dit it’s easy, D for drive, P for Park and R to go back. J’ai dit and N ? il m’a répondu it’s nothing.

Et j’ai ensuite été envoyé au casse pipe. J’étais au volant d’une vieille voiture dans laquelle je ne pouvais pas ajuster le siège ni le rétroviseur car ils étaient cassés. Le circuit en lui même était facile mais apparemment, ça a aussi changé. Ceci dit, je sais que l’obtention du permis dépend surtout du monsieur qui les délivre…

Grand Theft Auto – Kuwait Edition

Vous connaissez le jeu GTA ? Vous volez des voitures, vous roulez vite et ne respectez pas le code de la route… Eh bien, bienvenue au Koweït ! C’est l’impression global que l’on a de la conduite au Koweït quand on arrive. Apparemment, si vous avez déjà conduit en Egypte, le Koweït c’est tranquille à côté. En vrai, je ne pense pas ce soit le pire pays.

Ce qui m’inquiétait le plus c’était d’être entourée de pick-up et autre 4×4. Les voitures sont énormes et roulent vite, ça donne vraiment une impression d’être perpétuellement une victime. Souvent, j’ai eu envie de secouer mes chauffeurs de taxi qui … respectaient simplement les règles !

Pour moi, c’est à la guerre comme à la guerre, mais je dois avouer que l’idée de conduire me faisait très peur. Ok pour doubler par la droite et dépasser les limites de vitesse dans un jeu vidéo, mais dans la vraie vie ?

Et surtout, vous pouvez avoir la meilleure conduite du monde, le problème – comme souvent – c’est les autres ! Chaque fois que je montais dans un taxi, je me disais que je n’allais pas en sortir indemne et qu’on allait avoir un accident. Que quelqu’un allait nous rentrer dedans, par derrière, sur le côté ou devant. Je suis toujours montée dans le taxi avec appréhension.

En fait, quand j’ai commencé à conduire, j’ai réalisé que c’était plus difficile d’être passager que conducteur. Quand on est passager, on est spectateur de quelque chose qu’on ne maîtrise pas. Alors que, derrière le volant, eh bien : à la guerre comme à la guerre.

Au bout de cette autoroute, il y a un grand rond point qui fait très peur – Photo by Latif MansoorAli on Unsplash

Faites attention à la voiture que vous choisissez !

Quand j’ai obtenu mon permis, la première voiture que j’ai loué était la moins chère. Une Mistubishi Lancer grise. Moi, ça m’allait très bien : quatre roues, pas chère et qui roule. C’est ce que j’attends d’une voiture de location… Mais au Koweït ça ne se passe pas comme ça !

Quand vous passez le code, on ne vous montre que des panneaux et il faut dire à quoi ils correspondent. Il n’y a pas de situations réelles comme en France. Vous savez, ces questions où il faut bien regarder dans le rétro avant de répondre ? Ca n’existe pas au Koweït.

J’ai rapidement compris pourquoi. Ici, la seule règle qui vaille est la suivante : c’est ta voiture qui décide des règles. Ma Mitsubishi VS une Toyota ? Priorité à la Toyota. Alors imaginez face à un pick-up ou un 4×4 ! Naïvement, je croyais que c’était parce que j’étais une fille. Et puis aussi parce que j’étais un peu timide donc je me laissais marcher sur les pieds. Ou rouler sur la carrosserie !

Ensuite, j’ai changé et je suis passée à une Toyota. Les choses ont changé, j’ai eu un peu plus de respect sur la route. Je suis encore montée en gamme et le respect sur les routes a augmenté. La manière dont on me traitait sur les routes étaient proportionnelle à la voiture que je conduisais.

Au début, je n’y croyais pas. Jusqu’à ce que je devienne la propriétaire de mon véhicule actuel : une Dodge Challenger gris ciment. Cette voiture a appuyé ma théorie. Je suis prioritaire. Sur le rond point, à gauche, à droite, j’ai toujours la priorité. Sauf face à un pick-up ou face à une Américaine plus puissante que la mienne… Jusqu’au moment où ils voient que c’est une petite minette qui conduit !

Ma Challenger sur les routes au milieu du desert Koweïtien.

Et lancez-vous !

J’ai eu mon permis en février et j’étais tellement paniquée que j’ai attendu la visite de ma famille pour enfin oser conduire. Alors c’est vrai, au début j’avais vraiment peur. Combien de fois j’ai cru que j’allais pleurer en prenant le gros rond point pour rentrer chez moi ?

Je me souviens même une fois avoir pensé que, finalement, le rond-point de l’Etoile c’était rien à côté des ronds-points Koweitiens... Aujourd’hui, j’adore conduire ici. Je suis allée à la frontière Irakienne, la frontière Saoudienne. Je suis allée dans le désert, j’ai conduis sur des autoroutes au milieu de nulle part.

J’aime conduire, j’adore conduire pendant des heures et si je pouvais, je ferai tous mes trajets en voiture. Et pour moi, conduire au Koweït fait parti de l’expérience. Parfois, je prends ma voiture et je conduis. Juste pour me vider la tête. Vivre au Koweït et ne pas avoir de voiture, c’est passer à côté de certaines expériences, c’est certain.

Ce qui fait peur, c’est vraiment de prendre la voiture pour la première fois après avoir été passager trop longtemps. Mais honnêtement, une fois derrière le volant, c’est beaucoup moins impressionnant.

4 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 3
    Bassel

    Rien plus de nouvelle (J’ai presque oublié) 🙂
    Pas si grave que c, j’ai +- un bon job ici.
    J’espère que ça va bien pour toi !
    Excellente journée
    PS: tu ne rate pas grandes choses ici ( nous sommes enfermés comme vous et peut être même plus) 🙂

    • 4
      Eliz

      Oh bon !
      Après la situation ici c’est compliquée : ils ne délivrent pas de visa, les étrangers (même avec une résidence) ne peuvent pas rentrer dans le pays… c’est pas une période propice à l’embauche !
      Oui ici ça va mais je pense que nous sommes au même niveau d’enfermement ! Ici en + commence l’été, le confinement météorologique va suivre le confinement sanitaire 😂
      Prends soin de toi ! Bonne journée à toi aussi 🙂

Quelque chose à ajouter ? :)