Coucou 2020 !

Il est temps pour les traditionnels bilans de fin d’année… et les resolutions de début ! Je fais partie de ces gens qui décident de plein de choses en janvier et qui tentent tant bien que mal de les mener à bien durant l’année.

Il y a de tout et de rien. Ca va de voyager à être mieux organisée. Il y a l’envie de perdre du poids et d’avoir un peu plus confiance en moi. Il y a des choses totalement génériques et d’autre bien plus personnel.

Alors, est-ce que j’ai tenu mes résolutions ? Quelles sont les nouvelles ?

Coup d’oeil à 2019

Une année riche en nouveaux défis

Pour 2019, je vous avais parlé de mon envie d’apprendre le roller et plus particulièrement d’arrêter de « commencer » afin de pratiquer. Ai-je appris à faire du roller ? Eh bien… Non. Pire encore, j’ai même commencé le skate board. En 2019, j’ai – comme chaque année – commencé un tas de trucs que je n’ai pas terminé.

Ceci dit, ma plus belle réussite de 2019 c’est le Chemin de Saint Jacques de Compostelle. 870 kilomètres à pieds ça use les souliers mais ça met énormément de baume au coeur. J’ai fait les premiers pas et je ne me suis pas arrêtée en chemin. C’est ce dont je suis le plus fière.

Émotionnellement

Ça a été une année difficile parce que deux gens très proches de moi ont perdu des gens très proches d’eux. Début et fin 2019 ont été un peu difficile pour mes amis. Et c’est toujours difficile de voir ses proches souffrir sans que l’on puisse y faire quoique ce soit.

En parallèle, deux de mes plus proches amies se sont mariées, et je suis ravie qu’elles aient trouvé leur bonheur. Je n’ai pas pu aller au mariage de l’une des deux, ce qui m’a fait réfléchir à mon envie de rester au Koweït, à ce que j’y gagne et ce que j’y perds.

Photo by Frank Vessia on Unsplash

Voyages

Mis à part Dubaï pour mes trente ans et Abu Dhabi pour une formation, je ne suis allée qu’en France – et en Espagne pour Saint Jacques – cette année. L’expatriation m’a fait réaliser l’importance de la famille. Et surtout, mes périodes de vacances ne sont pas assez longues de mon point de vue pour profiter vraiment d’un pays.

Si je découvre un pays, je veux m’en imprégner réellement, connaitre des gens sur place et y passer du temps comme une amie. Je ne veux pas courir d’une ville à l’autre en changeant d’hôtel chaque soir pour effleurer du doigt la culture.

Je ne veux plus découvrir le monde, je veux connaître du bout des doigts des endroits qui me seront familier jusqu’à la fin de mes jours.

Et moi ?

Et moi, que suis-je devenue ? 2019 a été un tournant important pour moi. Surtout d’un point de vue militant et activiste. Sans jamais tomber dans les extrêmes qui ne sont bon pour personne, j’ai réalisé que je ne pouvais plus rester de marbre.

Ecologiquement, la situation est lamentable et au Koweït, personne n’a l’air de vraiment réagir. Ça bouge un peu, parce que ça rapporte de l’argent, mais il n’y a rien au niveau de l’éducation. Un groupe nettoie les plages mais personne n’enseigne qu’il ne faut pas les salir.

D’un point de vue féministe, le Koweït vend sans scrupule des Labello pour homme et les autres, roses, sont pour femmes. Le problème étant que personne ne s’en offusque. Une vendeuse, en voyant mon tatouage, a demandé à l’ami qui m’accompagnait si il m’avait donné son autorisation.

Je suis de moins en moins dans cette idée de posséder pour exister. Je n’ai pas besoin d’avoir des milliers de trucs pour être heureuse et je ne suis pas frustrée de ne pas consommer. Le minimaliste fait de plus en plus son bout de chemin dans mon esprit et ma maison se vide de l’inutile.

J’ai fait des recherches, j’ai lu énormément de choses et me suis beaucoup interrogée. Je crois qu’il est temps que mes recherches et conclusions sortent de ma maison.

Photo by Deva Williamson on Unsplash

Un regard vers 2020

D’un point de vue sportif

Il n’y a pas de « body goal » dans mes resolutions 2020. Ca veut dire que, pour la première fois, je n’écrirais pas que je dois perdre du poids.

Mais j’ai quand même un challenge de prévu en juillet, direction la Norvège pour cet ultra trail ! Ca veut dire que je vais devoir m’entrainer et que ça passe aussi par mon alimentation saine et diversifiée. Il n’est pas question de perdre du poids mais de manger mieux.

Je souhaite reprendre la course à pieds dès janvier. Ma cheville va mieux, je me repose encore un peu et je reprends la course à pieds.

Des voyages ?

Alors, non, pas de voyage de prévu. Mise à part la Norvège pour le trail, je n’ai rien de prévu. Je vais peut être partir un ou deux week-end mais je n’ai pas de grands voyages de prévus pour 2020.

Peut être qu’après le trail, je resterai un peu en Norvège mais je n’en suis pas tellement sûre. Peut être que j’irais de Paris au Mont Saint Michel à vélo, je me dirige de plus en plus vers le slow travel. A pieds ou à velo, je prends assez souvent l’avion pour aller en France… J’aimerais limiter les dégats que je cause.

Je vais passer plus de temps à découvrir le Koweït un peu plus. Visiter les fermes ou les musées, par exemple. Je pense que mon voyage interne et personnel va continuer, et c’est déjà assez fatigant comme ça !

Projets personnels

Je pense que je vais prendre plus de temps pour agir et pour essayer de bousculer les mentalités. D’un point de vue écologique, féministe, bien-être et santé mentale. Je pense sincèrement que toutes les voix sont importantes mais qu’il faut parfois savoir élever la sienne.

Je voudrais organiser des rencontres et des évènements autour de différents sujets qui me semblent importants. Pourquoi ne pas le faire ?

Photo by Emma Matthews Digital Content Production on Unsplash

Et pour le blog ?

Ce blog va prendre une autre tournure. Evidemment, je continuerais à raconter des épisodes de ma vie au Koweït, parce que c’est son but premier. Mais je vais aussi partager un peu plus d’articles de reflexion autour de notre société.

Un peu plus de féminisme, un peu plus d’amour de soi et un peu plus de développement personnel. Il y a un champs des possibles énormes, une infinité de choses à mettre en place pour le monde, pour les femmes, pour moi.

Je n’ai pas été toujours régulière sur ce blog, mais pour 2020, je me promets d’écrire un article par semaine. Passer un peu plus de temps à lire les vôtres, de blog. On ne cesse jamais d’apprendre.

Je voulais aussi vous remercier, de passer sur ce blog, de lire mes articles, de les commenter ou de les partager. Vous m’aidez à grandir et à aller plus loin dans mes reflexions, alors merci.

Je vous souhaite le meilleur pour 2020. Que vos projets naissent et grandissent. Que vous trouviez la paix, que vous ayez la santé et l’amour. Là est le plus important, le reste suivra.

Suis moi sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram) pour être sûr de ne louper aucune nouveauté sur ce blog !

5 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Ludivine

    Bonne année 2020 !!

    J’ai aussi un peu lu et vu des documentaires sur le minimalisme. C’est effectivement une voie à suivre (même si ce n’est pas forcément évident) et à promouvoir.

    Tu vas avoir du boulot au Koweit pour agir en faveur de la protection de l’environnement et des droits des femmes 😉
    Mais c’est vrai qu’il faut bien commencer quelque part !

    Voir aussi pour la réduction de la consommation de viande (sans même parler de la maltraitance animale, et des effets sur la santé), car sa production est néfaste pour
    l’environnement.
    Par ailleurs, peu de personnes parlent du problème démographique : demain, nous serons 10 milliards d’humains. Concrètement, comment ça va se passer sur une planète polluée à tous les niveaux, et aux ressources limitées et plus ou moins épuisées..?

    • 2
      Eliz

      Bonne année à toi aussi 🙂

      Je pense que ça va être plus long mais peut être plus facile de changer la façon de voir les choses. Finalement, quand on utilise encore des sacs en plastiques / bouteilles en plastique / paille en plastique et qu’on jette les dechets au sol, c’est plus facile de faire des efforts…

      En France c’est compliqué parce qu’on est déjà avancé dans le « minimum », du coup on passe aux étapes superieurs genre « moins manger de viande/produits naturels pour le corps ou la maison ». Du coup, on est déjà sur un changement de façon de vivre. Au Koweït, on réalise vite qu’on peut déjà faire mieux en ne changeant pas grand chose. Et personne n’est aveugle sur la situation écologique actuelle, la plupart du temps les gens ici ne savent juste pas quoi faire. Car ils ont l’impression qu’on va leur demander de changer drastiquement leur mode de vie. En y allant petit à petit, on peut changer les choses.

      Et franchement, le problème démographique c’est, de mon point de vue, le plus gros problème à soulever…

  2. 3
    Audrey

    Coucou Liz !!
    Je te souhaite encore une très belle année 2020 !! J’espère qu’elle t’apportera tout ce que tu désires et que tu réaliseras tes rêves les plus précieux !
    Je rêverai trop d’aller en Norvège alors j’espère que tu auras une petite pensée pour moi quand tu seras là bas !
    Plein de bisous !
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

  3. 5
    Ludivine

    Ils jettent leurs déchets par terre ??
    En effet, si ils partent d’aussi loin, ils ne peuvent que progresser dans la bonne direction…
    J’imagine que ce doit être dur pour toi de ne rien dire aux gens que tu vois et qui jettent leurs trucs partout.

    Quant à la démographie, il s’agit d’un paramètre-clé. Si rien n’est entrepris à ce niveau-là, tout ce qui est développé par ailleurs (recyclage, voitures électriques, etc.) sera insuffisant.

Quelque chose à ajouter ? :)