Non, « féministe » n’est pas une insulte.

Je discutais d’une situation avec une amie, et elle me dit, en riant, que je suis entrain de devenir féministe. Quand on parle féminisme, on a souvent l’image des activistes considérées comme étant radicaux. Mais être féministe n’est pas une insulte. Le féminisme est indispensable dans un monde construit et réfléchi par et pour des hommes.

Mise en situation

Laissez moi vous raconter l’histoire qui m’a amenée à cette reflexion. Je discute avec ma voisine d’un garçon qui me tourne autour. Je ne réponds pas à ses avances mais, apparemment, je ne suis pas assez claire. Elle me dit que dans la culture arabe ça se passe comme ci et comme ça, que je dois être plus claire parce que lui ne comprend pas. Il est absent mais il est le sujet principal de la conversation. Elle me conseille. Me dit que je dois faire attention à lui. Elle m’explique qu’il ne sait pas. On parle de ses sentiments. De ce que lui ressent. Mais mes ressentis ? Inexistant. Le fait qu’il me mette mal à l’aise ? Passé sous silence.

Et moi je suis là, je l’écoute en buvant mon thé. Et à un moment j’explose. Doucement, mais j’explose. Ok, il ne sait pas, mais pourquoi moi, je devrais savoir ? Je suis française, il est arabe. Nous ne partageons pas la même culture. Pourquoi moi je devrais connaitre sa culture et lui ne pas s’intéresser à la mienne ? Pourquoi est-ce que le sujet principal de la conversation c’est lui ? La réponse est parce que je suis une femme. Les femmes doivent s’adapter. Elle est un peu surprise, et elle éclate de rire, me dit qu’elle comprend mon point de vue. Et ajoute que je suis en train de devenir féministe.

Être féministe, c’est quoi ?

J’ai une formation littéraire, on m’a toujours appris à définir les termes avant de les employer. D’après larousse.fr, le féminisme est un mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société. Si je tape « définition féminisme » dans google, le féminisme est une doctrine qui préconise l’égalité entre l’homme et la femme, et l’extension du rôle de la femme dans la société. Wikipedia est évidemment beaucoup plus prolixe dans sa définition. On peut cependant retenir que l’objectif du féminisme est de définir, établir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes.

En gros, être féministe c’est être en quête d’une égalité. Il ne me semble pas que ce soit insultant.

Je pourrais terminer cet article maintenant, ne pas chercher à écrire plus ni à entrer dans les détails. Je crois que les choses sont plus faciles à vivre et à accepter quand elles sont définies clairement. Cependant, ça serait un peu facile de ma part de m’arrêter là.

Je suis féministe. Je ne deviens pas féministe, je suis féministe. Et je le dis sans honte. Je suis une femme et j’aimerais être égale aux hommes. Quelque soit le pays dans lequel je vis.

Feminisme : un gros mot qui fait peur.

Quand il s’agit de féminisme, la lumière se fait souvent sur les extrêmes. Quand on parle de féminisme, on entend les Femen, on entend les Chiennes de Garde, on imagine le mouvement Ni Putes Ni Soumises. Les féministes ont cette réputation d’être agressives, on imagine des femmes fâchées contre les hommes et souhaitant uniquement leur anéantissement.

Ce n’est pas le cas. Je n’ai rien contre les hommes que je croise au quotidien. Je suis fâchée contre la société. Il y a une partie de moi qui comprend ces hommes qui prennent les avantages que la société, dirigée et pensée par des hommes, leur donne.

J’ai du mal à trouver mes mots car je souhaite être le plus claire possible. J’arrive au Koweït avec mon point de vue de française sensibilisée, déconstruite, même. C’est à dire que je suis capable de décortiquer les fonctionnements d’une société pour pouvoir expliquer telle ou telle réaction.

Prenons un exemple : Les Koweitiennes perdent les avantages liés à leur nationalité si elles se marient avec un étranger. Tandis qu’un Koweïtien donnera ces mêmes avantages à sa femme, même si elle est étrangère, et par extension, à ses enfants. Une femme Koweïtienne a tout à perdre en se mariant avec un homme qui n’est pas Koweïtien… Ce qui n’est pas le cas pour la situation inverse.

Difficile, pour une femme, de refuser un mariage facilité par maman, n’est-ce-pas ? Et que faire à la place d’un homme ? A-t-il vraiment besoin de réfléchir à une situation dans laquelle il est gagnant, quoiqu’il arrive ?

J’ai compris, ici, ce qui me semblait incompréhensible en vivant en France.

Les hommes de qualité respectent l’égalité des femmes – Photo by Samantha Sophia on Unsplash

Une égalité nécessaire pour tous.

Souvent, quand on parle de combats sociaux, il y a souvent deux équipes.  Pour beaucoup de gens, le féminisme est le combat des femmes contre les hommes. Est-ce vraiment le cas ? Non.

Non, ce n’est pas les Hommes contre les Femmes. En réalité, c’est un combat pour les femmes et les hommes peuvent y participer… Les hommes n’ont rien à perdre et les femmes tout à y gagner. Et je pense même que les hommes ont bien plus à y gagner qu’ils ne le pensent.

En réfléchissant rapidement… Imaginons qu’il y a enfin une égalité dans l’éducation des enfants. Les femmes pourront être un peu plus ambitieuse professionnellement et les hommes un peu plus présents pour leurs enfants.

Au Koweït, c’est évidemment bien plus marqué. Je lisais l’article d’une femme de 40 ans qui n’était pas marié. Elle écrivait qu’elle remerciait ses parents pour ne pas lui avoir mis de pression. Incompréhension totale à la lecture de son post. Je ne crois pas que les hommes soient très heureux de la situation non plus.

Ce machisme quotidien semble mettre une pression odieuse sur le dos de tout le monde. Avec, évidemment, une plus grande facilité à la vivre pour les hommes que pour les femmes… Quelque soit le pays, quelque soit la société, il y a encore un bon nombre de femmes qui meurent sous les coups de leur mari. Il y a énormément de femmes qui se font violer par leur mari, sans que cela soit reconnu comme un viol.

C’est sûr que les hommes ne veulent pas trop en parler, parce qu’il y a une impression de perdre de gros privilèges… Celui de taper sa femme, par exemple.

Le féminisme est une évidence.

Je ne comprends pas que le féminisme soit un sujet. Nous ne devrions même pas avoir besoin d’en parler. Ça me semble tellement évident. Environ la moitié de la population est composée de femmes. Et aux yeux d’une société qui se veut égalitaire, la moitié de la population semble valoir moins que l’autre.

Comme toutes les femmes, et dans n’importe quel pays, j’ai été touchée par cette différence de traitement. Prenons par exemple ces hommes dans la rue qui m’ont sifflé ou insulté. Je peux aussi citer ce petit ami qui choisissait pour moi mes vêtements – sans penser une seule seconde que ça pouvait être mal. Il y a aussi ces patrons qui n’ont pas de problème à m’appeler par mon seul prénom… Alors que les hommes avaient le droit à du Monsieur…

Ce sont des choses que les femmes vivent quotidiennement, et tout le monde semble penser que c’est normal. Le féminisme est vu comme quelque chose de mal, d’agressif et de violent. En réalité, c’est simplement la quête – qui semble inaccessible – d’une égalité. Surtout que cette inégalité est liée à quelque chose que nous ne pouvons pas changer. Je n’ai jamais choisi d’être une femme, je ne peux pas devenir un homme.

Je refuse simplement d’être la victime d’une situation que je n’ai pas choisie. Et c’est pour ça que oui, je suis féministe.

6 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Adel

    Liz merci pour cet article, c’est rafraîchissant de lire tes mots dans un pays où c’est beaucoup plus facile de trouver des femmes défendre l’oppression des autres femmes que le contraire. Juste pour finir , le pire n’est pas peut être la remarque source de ton article mais le fait que tout d’un coup la société qui nous entoure commence à chercher à nous enfermer dans un cadre bien précis, nous réduisons à un simple qualificatif souvent vaguement compris.

    • 2
      Eliz

      Ah oui, souvent, les femmes ne sont pas les meilleures alliées 🙁

      Et je suis tout à fait d’accord avec toi… Ca ne me dérangerait pas tant d’être enfermée dans un cadre précis, s’il était correctement défini ! 😉

  2. 3
    Clarisse - Pipelette & Gambettes

    Ca fait longtemps que j’ai pas réfléchi à ce sujet ; mes derniers échanges avaient été ultra frustrants sur fond de « nan mais on va pas se faire diriger par des meufs quand même ?! » « vous vous rendez pas compte nous aussi on a des problèmes vis à vis de notre sexe » (rarement entendu des hommes parler de genre) et le classique « la parité, mouais j’suis pas d’accord de donner des responsabilités à quelqu’un juste parce qu’il faut plus de femmes » >< et souvent mes interlocuteurs veulent rien entendre et ont réponse à tout. Et ma dernière réflexion personnelle en date c'est que vraiment le terme "féminisme" pose un vrai problème à nombre d'hommes ; et qu'ils refusent de voir la vérité en face : ils ont des choses à gagner dans ce mouvement ! Et que oui, ils perdront quelques privilèges dans le même temps mais ils les voient tellement comme un dû que c'est inenvisageable de partager. Du coup, pour avoir un petit impact je me concentre sur les enfants, les ados si j'ai quelque chose à leur offrir en terme de réflexion et d'apprentissage.

    Ton article est rafraîchissant et c'est important de prendre en considération le pays où l'on vit. Ce n'est pas toujours l'idéal mais ça offre de nouvelles perspectives. En Corée et au Japon maintenant, on notera que la place des femmes n'est pas vraiment au même niveau que celle des hommes… ça ne m'empêche pas de souhaiter m'installer la bas et de taire un peu mes convictions, et de ne les "imposer" que dans un cercle plus fermé. La vie à l'étranger c'est accepter les différences culturelles, sans forcément les cautionner, et faire son petit bout de chemin. Et je suis pas sur qu'en France on soit vraiment mieux loti, suivant les domaines qu'on observe dans le cadre des luttes féministes. Comme on en avait déjà parlé, la sécurité des femmes est parfois meilleur dans des pays qui n'ont justement pas ce traitement égalitaire des genres …
    Pour en revenir à la situation qui a déclenché l'écriture de ton article ; je suis super surprise de la réflexion de ton amie … il y a surement des raisons culturelles, mais ça en dit beaucoup sur la place de la femme, l'importance de ses sentiments et son ressenti – … dur

    • 4
      Eliz

      Je suis trop contente, à chaque fois que tu commentes, on continue le débat ! Même si on est souvent d’accord ! Ça me permet d’avoir ton point de vue par rapport aux pays dans lesquels tu vies. Koweit / Corée / Japon, sur le pays ce sont des pays bien différents, mais finalement on y trouve pas mal de similitudes.

      Les enfants et les ados sont déjà tellement matraqués que c’est même avec eux c’est difficile. « Il pleure alors que c’est les filles qui pleurent » ou « pourquoi elle fait du karaté c’est pour les garçons ? » sont des reflexions que j’entends souvent alors qu’ils ont 5 ans 🙁

      Je suis d’accord avec toi, vivre à l’étranger, c’est étouffer certaines convictions, ou en tous cas les regarder avec un oeil neuf. Par exemple, être mariée à un homme riche. Je vois maintenant la situation tellement différemment ! Je ne pourrais pas (rien n’est gratuit) mais je comprends et conçois aujourd’hui que ça puisse être le but de certaines femmes.

      La difficulté est là, je trouve. Ne pas imposer notre culture et notre féminisme de française… Tout en essayant de pointer du doigt l’inégalité..

  3. 5
    Audrey

    Encore une fois, excellent article Liz ! Je suis tout à fait d’accord avec toi sur toute la ligne. Ça me fait toujours hurler (pour ne prendre que cet exemple) qu’en 2018 les femmes à responsabilités égales ne soient pas payées comme leur homologues masculins !
    La femme est un élément clef de notre société il ne faut jamais l’oublier.
    J’ai la chance d’avoir épousé un homme qui voit lui aussi les choses de la même façon que moi et qui est le premier à penser que les femmes devraient être tout aussi bien considérées que les hommes.
    Bisous

    • 6
      Eliz

      Merci beaucoup ! 🙂 Responsabilités égales et pas le même salaire, c’est un peu surréaliste pour moi. Je ne comprends pas.
      Et tu as de la chance d’avoir épousé un homme qui comprenne… J’ai l’impression que c’est plutôt rare malheureusement 🙁
      Bisous 🙂

Quelque chose à ajouter ? :)