Être célibataire à trente ans.

célibat trente ans coeur

J’ai vingt-neuf ans et demi, comme disent les petits de ma classe. Je n’ai pas encore trente ans, mais ils approchent à grands pas. Et je suis toujours célibataire ! Ni mariée, ni divorcée, pas d’enfants et ce n’est pas en projet. Quand j’étais môme, je croyais qu’avoir trente ans, ça signifiait être maman. Ce n’est pas mon cas. Alors, je le vis comment, d’être célibataire à trente ans ?

C’est un sujet très personnel, pas sensible pour un sou, mais je n’imaginais pas poster ce genre d’article sur mon blog. Je suis arrivée au Koweït quand j’avais 26 ans et j’ai souvent entendu les femmes autour de moi – mamans ou collègues – me demander pourquoi je n’étais pas mariée.

Pourquoi tu es célibataire à trente ans ?

Souvent, on me dit que c’est parce que je n’ai pas trouvé le bon. Ça veut dire quoi le bon ? On me parle de quelqu’un qui me complèterait, mais est-ce que j’ai besoin d’être complétée ? Non, merci, je suis entière toute seule.

J’ai été en couple à mes dix-huit ans, j’étais folle amoureuse du jeune homme et quand nous nous sommes séparés, j’ai été malheureuse comme les pierres. J’imaginais tout mon futur avec lui, j’avais en tête les dimanches matins avec nos enfants dans un grand lit aux draps immaculés. Le bonheur familial, mes longs cheveux emmêlés sur le coussin et nos enfants finissant la nuit entre nous deux. Des balades en forêt à pousser les vélos au coucher de soleil ainsi que des goûters à côté de la cheminée. Et à mes côtés, c’était toujours ce même garçon.

Mais voilà, on s’est séparé. Disparus les rêves de sérénité familiale, envolées les balades en forêts et le retour à la réalité a été un peu compliqué. Qui est-on quand on a passé deux ans avec quelqu’un d’autre ? Qu’est-ce qu’on aime quand on a découvert tout un nouveau monde avec un autre ? Quelles sont nos habitudes, quand on a tout construit à deux ?

Ça été difficile. J’ai essayé des trucs que j’ai aimés, et d’autres que j’ai détestés. Il y a eu de nouvelles personnes, certaines me ressemblaient, d’autres m’étaient totalement différentes. Petit à petit, j’ai commencé à me construire, à trouver qui j’étais. Mais souvent, les filles parlent de garçons. Alors, assez rapidement, je me suis retrouvée à chercher quelqu’un.

célibataire 30 ans livre
Photo by Thought Catalog on Unsplash

Alors tu as rencontré quelqu’un ?

C’est la question qui revient à chaque fois. On s’installe à un café, ça va ? On répond, oui ça va, la vie tu sais, la routine, le boulot. Et puis après on parle relation de couple, et la question arrive, et toi alors ? Tu as rencontré quelqu’un ?

Oui, il y a ce gars avec qui je bois des cafés, mais je sais pas trop. Personne ne s’arrête sur le je sais pas trop, tout le monde veut en savoir plus sur ce gars. Il est comment ? Il est sympa ? Tu devrais essayer ! Impossible de faire comprendre que là, au fond, je ne le sens pas. Il y a quelque chose qui ne va pas. Et c’est pas ce gars que je ne sens pas. C’est moi. Moi, je ne me sens pas là, à boire ce café avec ce type.

C’est le nerf de la guerre : combattre le célibat. Prenez un film, il y aura une histoire d’amour. Regardez la plupart des livres : une histoire d’amour en toile de fond. J’ai joué le jeu : je suis allée dîner avec des garçons, j’ai bu des cafés, j’ai essayé mais ça a tout le temps échoué.

J’adore faire les choses toute seule. Je vais au cinéma toute seule, je peux partir en voyage toute seule, je me promène toute seule. Il m’arrive parfois de manquer d’un poil de courage pour faire les choses mais j’ai des amis autour de moi qui sont disponibles pour me donner l’impulsion. Je n’ai aucun problème avec le fait d’être seule, car je ne ressens jamais la solitude.

Le problème, c’est les autres

Le seul problème que j’ai avec le fait d’être célibataire à trente ans, c’est les autres. Je suis sûre que si demain je décide de monter au sommet de l’Himalaya toute seule, la seule chose dont on parlera c’est du fait que j’étais seule.

Si je fais quelque chose et que j’en suis fière, la première chose qu’on va me demander, c’est si j’étais seule. La réponse est non ? Soupirs d’apaisement de la part de mon interlocuteur, on peut continuer. Si je réponds oui, alors il faut répondre aux questions : tu n’as pas eu peur ? Ce n’était pas ennuyant ? Han, moi je pourrais pas faire ça toute seule. Et ce quelque chose dont j’étais fière, hop ! oublié ! Le seul fait marquant et important de l’histoire c’est le fait que, j’étais toute seule.

Il y a quelques mois, je suis tombée amoureuse d’un Koweitien. D’un coup, mes week-end, mes vacances, ma vie étaient dignes d’un intérêt. Je partageais mon quotidien avec quelqu’un. Aux yeux des autres, j’ai enfin eu une raison d’annuler ou de refuser les dîners, les cafés entre amis. Célibataire, on m’appelle à 20 h 30 pour un dîner à 20 h 35, en couple, on me prévient trois jours à l’avance. Célibataire, je ne peux pas quitter tôt une soirée sous prétexte que je suis fatiguée, par contre, je peux quitter très tôt une soirée parce que, tu sais, mon copain m’attend à la maison.

Le célibat : un miroir angoissant pour certains

Les gens ont souvent tendance à projeter leurs peurs sur les autres. Moi, jeune femme célibataire de trente ans, je suis la peur de beaucoup de femmes. Les questions ne sont jamais pour moi, je suis juste une sorte de miroir. Je suis la représentation exacte de ce que beaucoup de femmes ne veulent jamais connaitre.

Cependant, moi ça va, merci. Non, je ne veux pas me marier demain. Oui, j’aimerais avoir des enfants mais non, ce n’est pas mon ambition première. Mon horloge biologique va bien, merci. Non, elle ne tourne pas parce qu’avoir une famille, des enfants, n’est pas ma priorité. Et si je meurs demain, je n’aurais pas de regret.

Je n’aurais pas de regrets parce qu’aucun garçon que j’ai rencontré jusqu’ici n’aurait été le père que je souhaite pour mes enfants. Aucun garçon n’aurait été le mari que j’espère. Je n’ai jamais été la personne que je souhaite être en étant en couple.

On dirait que, pour beaucoup, la célibataire de trente ans est automatiquement une Bridget Jones. Elle hésite entre plusieurs garçons, elle pleure les relations qui n’ont pas fonctionné, essaye au maximum de se trouver le bon et sa vie entière semble n’être qu’une quête du mari idéal. Et oui, en effet, c’est un peu angoissant comme vie.

… mais une réalité agréable pour d’autres.

J’aime qui je suis célibataire. Je suis pleine d’énergie, de confiance et de volonté. J’arrête de fumer si je veux, je me couche tôt, me lève tôt, je cours, je marche. Je fais ce que je veux. La vie que je mène en étant célibataire est la vie que je souhaite mener.

Je peux parler pendant des heures de ce que j’ai fait en étant célibataire. J’ai voyagé dans tout un tas d’endroits, de l’Amérique jusqu’à l’Asie, où j’ai conduit plusieurs fois des scooters. Je suis partie vivre au Koweït et j’y ai acheté ma Challenger, j’ai couru plusieurs courses de cinq et dix km. J’ai fait deux tatouages, trois piercings que j’ai retirés. Après une rupture, j’ai quitté un boulot que je détestais. Du jour au lendemain. Et la liste est encore très longue.

Mon plus beau voyage, je l’ai fait étant célibataire. Cambodge – 2013

En fait, les femmes célibataires font des choses de leur vie. Elles ont des passions, elles vivent, elles se lancent dans des choses, elles ont des choses à raconter. Le célibat n’est pas une maladie qui nous cloue au lit pendant des siècles. On ne démarre pas notre vie en étant en couple.

Rester célibataire à vie ?

Être célibataire ou en couple, ce n’est pas un choix pour moi. C’est comme tout dans la vie, ça dépend de qui on croise, de ce qu’on veut à un moment donné et de qui on est à un instant T.

Aujourd’hui, j’ai presque trente ans. Je n’ai jamais été aussi bien dans mes baskets, je n’ai jamais eu autant confiance en moi et je ne me suis jamais trouvée aussi jolie. Je trouve que je suis une personne sympa, drôle, sensible et agréable à vivre. C’est la première fois de ma vie que je suis en paix avec moi-même.

Et vous savez quoi ? Je trouve ça super cool d’être célibataire et de pouvoir profiter à 100 % d’une chouette version de moi. Et cette version de moi, je l’ai peaufinée toute seule, alors même si un jour je vis de nouveau une rupture horrible, je sais une chose : je pourrais facilement me retrouver.

C’est avec moi que je passerai le reste de ma vie

8 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Clarisse - Pipelette & Gambettes

    Article très intéressant, je me suis retrouvée dans quelques passages. Surtout sur le fait qu’on fait des choses intéressantes seules ! Ou j’ai l’impression que de nombreuses personnes oublient complètement la place des amis dans la construction sociale.
    Et aussi parce que la phrase qui est souvent revenue quand j’ai annoncé un départ c’était « tu vas nous ramener un américain/coréen ! » et sa version alternative « alors tu nous a ramené quelqu’un de là bas ? » une fois de retour … (on note l’utilisation fréquente du « nous » comme si je devais ramener un souvenir … affligeant) Je fais la sourde oreille maintenant parce que ça me fatigue que le fait de rencontrer (ou pas) quelqu’un éclipse le reste de ma vie. Je suis partie pour travailler pas pour participer au Bachelor ; et quand bien même j’aurais rencontré quelqu’un est ce qu’on ne parlerait que de cela ?!
    S’aimer soi en dehors de toutes relation c’est tellement important !!! J’aime particulièrement ta conclusion 🙂

    • 2
      Eliz

      Ah oui ! Le fameux « Tu vas NOUS ramener » haha oui, tenez il est là, c’est cadeau ! Je l’ai pas trop entendu cette question, les préjugés sur les arabes ont la vie dure 😉
      Mais il faudrait faire ça, ramener un mec et le mettre dans une valise et le sortir en même temps que les cadeaux de Noël. « Tenez voilà, c’est mon mec, je l’ai ramené pour vous » hahaha

  2. 3
    Babitty Lapina

    Je trouve ton article passionnant et vraiment rassurant ! Je suis moi-même célibataire, j’ai eu quelques brèves relations, mais sans vraiment d’intérêt. L’idée d’être en couple ne m’intéresse pas plus que ça. Si un jour je rencontrais une personne qui pourrait l’être potentiellement alors oui, mais être en couple pour être en couple ne m’intéresse absolument pas.

    J’avais l’impression d’être bizarre avec cette non envie d’être en couple, mais non ! Je ne suis pas seule 😀

    • 4
      Eliz

      Merci beaucoup pour le commentaire ! Je pense que nous sommes loin d’être seule mais j’ai l’impression que c’est un sujet un peu tabou. C’est difficile de dire que le couple n’est pas, pour nous, l’accomplissement d’une vie… Mais bon, peut être qu’un jour les moeurs changeront à ce niveau là !

  3. 5
    Audrey

    Je trouve que la façon dont tu vois les choses est parfaite car complètement en adéquation avec ton mode de vie et tes envies ! Si tu te sens bien seule, en effet, pourquoi vouloir juste « faire comme tout le monde ». C’est la société qui veut nous mettre dans un moule qui parfois à tendance à nous ralentir.
    En tout cas, si c’est la vie que tu aimes maintenant, tu fais bien d’en profiter !
    Gros bisous !

    • 6
      Eliz

      Coucou Audrey !

      Moi je suis en accord avec mes choix et je n’ai vraiment aucun problème avec… mais c’est amusant car depuis que j’ai écrit cet article, je reçois pas mal de messages de copines qui me disent qu’elles pensent comme moi mais n’osent pas le dire !
      Je trouve ça fou que le célibat soit encore vu comme qqch de « moins bien » que le couple… alors que ce sont simplement deux vies différentes !
      En tous cas, depuis que j’ai réalisé et que j’assume pleinement le fait d’être célibataire, j’arrive à mettre mon énergie dans des choses qui m’intéressent vraiment…

      Tu as complètement raison quand tu parles d’un moule « qui parfois a tendance à nous ralentir », c’est exactement ça !

      Gros bisous :))

  4. 7
    Cassandra

    Merci beaucoup pour cet article. Je m’y suis vue, reconnue et appréciée. C’est exactement comme ça que je veux qu’on me voit. La nana qui bouge, court, voyage. Seule ou entre amis. Peu importe car comme tu dis si bien, je suis complète. Je n’attends personne. Ce n’est pas égoïste, c’est juste que l’unique personne avec qui l’on née, vit et meurt est nous même.
    Belle soirée/journée à toi !
    Cassandra

Quelque chose à ajouter ? :)