Ma quatrième rentrée

J’ai raconté des faits à propos du Koweït, de comment je vis dans ce pays méconnu, de la condition de la femme ou de la vie en ville. Et je n’ai jamais vraiment posté dans cette rubrique humeur. Sûrement par pudeur… Alors voilà premier article, un peu plus personnel. Pour qu’on apprenne un peu à se connaitre, pour être autre chose qu’un pseudo. 

De l’aéroport…

Le 29 aout, je dois être à Orly à 15H30 au plus tard. C’est marrant parce que, même si je suis habituée à prendre l’avion, je suis toujours paniquée. Si ça ne tenait qu’à moi, j’irais à l’aéroport la veille pour dormir là bas et être sûre de ne pas louper mon vol. J’ai ma valise pleine, et le chat dans son petit sac pour prendre l’avion avec moi.

C’est difficile de trouver une compagnie aérienne qui accepte les chats en cabine. Du coup, mon fauve et moi prenons toujours Pegasus Airlines. Le vol me parait toujours excessivement long, une partie se fait de nuit, il n’y a pas d’écran, je ne suis jamais assez réveillée pour lire… Paris – Istanbul, et ensuite Istanbul-Koweit. J’ai de la chance pour le premier vol, j’ai trois sièges pour moi, je peux m’allonger. Le deuxième cependant est complet, il est même plein-à-craquer puisque les hôtesses de l’air envoient certains bagages en soute.

Les basiques pour voyager : un chat, un bouquin, de l’eau et une bonne paire de sneakers

Mon arrivée au Koweït est toujours désagréable. L’aéroport est nul. Mais cette fois ci, je suis la première de la file, alors la vérification du passeport se fait rapidement. Le douanier me dit you are a teacher ? (mon métier est indiqué sur mon VISA) je lui dis réponds que oui, à l’école française, il sourit et me dit I need to learn French ! et je pense qu’il devrait d’abord apprendre l’anglais, vu sa difficulté à construire ces deux phrases. Je lui souris et lui souhaite bonne chance dans cette entreprise.

Mon chat pèse lourd sur mon épaule, mais je me sens chez moi. Le bazar de l’aéroport, les hommes en dishdasha, les paroles échangées avec les inconnus en attendant les bagages. Tout semble plus friendly, bien que très bordélique. Deux heures à attendre les bagages. Je demande à un Koweïtien s’il y a un endroit où fumer, il se propose pour m’accompagner. Il demande en arabe à un homme qui travaille à l’aéroport, je comprends dans sa réponse qu’il n’y a plus de zone fumeur, mais qu’on peut fumer dans les toilettes. Le Koweïtien me confirme ce que j’ai compris. Welcome to Kuwait.

Deux heures plus tard, il m’aide à descendre ma grosse valise du tapis roulant, me demande si j’ai besoin d’aide pour rentrer chez moi. Je réponds que non, merci, un ami m’attend dehors. Je suis devant le Caribou Café, je cherche mon ami. Le Koweitien revient pour insister. I can drop you home, je le remercie chaleureusement, je dois juste retrouver mon ami. It was nice to meet you. Mon anglais est hésitant, deux mois sans décrocher un mot dans la langue de Shakespeare, je sens qu’il a rouillé.

… à la maison

Je retrouve mon ami, il est toujours souriant. J’ai des cernes, je suis fatiguée. Nous montons dans la voiture. Mon chat, toujours dans son sac, commence à miauler et à tourner en rond. Le soleil s’est déjà levé, il est 6 heures du matin. Je retrouve ces paysages. Il me dit que ce n’est pas comme Paris, il est désolé parce que c’est moche. Je réponds que c’est différent. Je me sens chez moi, à ma place. Après vingt minutes à rouler dans les rues d’un Koweit qui se reveille doucement, je suis chez moi.

Dans mon appartement, la clim est en route, il fait frais. Il y a de l’eau au frigo. Mon lit est fait, mes plantes sont mortes. Je pose mes affaires, arrose mes plantes, prends une douche, pars me coucher. Mon chat saute sur le lit, bien content d’être de retour à la maison. Moi aussi.

Je me suis réveillée vers midi, j’ai mangé, j’ai vidé ma valise, j’ai récupéré ma voiture et je suis retournée me coucher. C’est toujours bizarre de revenir après deux mois. Je me sens parfois coincée entre deux vies. La vie-au-Koweït et la-vie-en-France. Mais, dans le silence de cet appartement, je me sens comme dans un cocon.

Je me suis couchée tôt jeudi soir pour me réveiller tôt vendredi. L’école reprend dimanche matin, alors je dois tout faire pour me remettre dans le bain. Je suis allée marcher une heure au bord de la mer, sentir la chaleur réchauffer (bruler) ma peau et sentir le vent marin.

La vue de mon appartement – l’humidité rend les choses toutes floues

Ensuite, c’est le retour à la routine : les courses, la cuisine, je suis passée voir ma voisine – pieds nus et en pyjama – elle recueille un chat pendant deux mois. Le quotidien reprend doucement ses droits.

——————————————————–

Je voulais aussi vous remercier, vous qui me lisez. Je suis toujours contente de lire vos commentaires. J’adore cette impression de ne pas parler toute seule. J’ai tout un tas de projet pour ce blog, parce que j’aimerais donner au Koweït une image autre que celle d’un pays pétrolier. C’est peut être trop ambitieux.
En tous cas, si vous avez une question, si vous êtes curieux de la vie ici, si vous souhaitez aborder un sujet en particulier, n’hésitez pas à me contacter. Je réponds sur Facebook et sur Instagram… Comprenez cependant que je n’aborderais pas le sujet de la religion ou de la politique sur ce blog. 

Separator image Publié dans Humeurs.

4 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 3
    Audrey

    Coucou Liz !

    Une fois de plus j’ai adoré ce nouvel article ! J’avais suivi aussi sur Insta ton retour au Koweït et ton petit chat trop choupi me fait vraiment fondre. Il est bien mignon et ce ne doit pas être évident pour lui de prendre l’avion. Encore heureux qu’il est près de toi pour le voyage !
    J’espère que la reprise à l’école s’est bien passée !
    Bisous !!

    • 4
      Eliz

      Coucou Audrey !

      T’as vu comme ce matou est adorable ? haha je vis avec lui depuis trois ans, mais je ne me lasse pas de sa bouille !! Il déteste être dans son sac mais il est gentil comme tout, il ne miaule pas, il attend juste. Ce qui est compliqué ce sont les douanes, je dois le sortir et le rentrer dans le sac à chaque fois … et il panique ! Cet animal est hyper stressé et anxieux (en + il fait des allergies alimentaires haha, il est mignon mais c’est pas un cadeau)
      C’est aujourd’hui la vraie reprise hihi ! Merci <3

      Des bisous !

Quelque chose à ajouter ? :)