Douze jours en Iran – Partie 1

Dans mon article précédent, je t’ai donné des informations plutôt factuelles sur l’Iran. Aujourd’hui, je vais te raconter un peu plus ce que nous avons fait pendant notre voyage en Iran.

Douze jours à nous promener, entre Teheran, Kashan, Ispahan, Yazd et Shiraz.

Teheran et Kashan

Teheran est une ville bruyante et un peu bordélique. Les rues sont remplies de magasins type garages alignés sur les trottoirs : pneus et tapis de sol de chaque côté, il faut presque slalomer entre ce qu’il y a sur le trottoir. Sur la route, les voitures ne s’arrêtent pas, les deux-roues non plus, c’est un bazar bruyant et pollué. On se demande comment ça fonctionne, les feux sont rouges mais les voitures ne s’arrêtent pas, les piétons traversent quand ils veulent et on prie à chaque fois pour ne pas se faire écraser.
La géographie de l’Iran est assez impressionnante et ça se voit à Téhéran. On est entrain de mourir de chaud au milieu de la ville et en fond, on peut voir les montagnes et la neige. C’est toujours impressionnant de lever la tête et de voir ce paysage.

Nous passons deux jours à Teheran. Nous avons visiter le Palais du Golestan, plusieurs parcs, nous sommes allés au Bazar de Téhéran et nous nous sommes promenés. A chaque fois que je voyage quelque part, j’en profite toujours pour me promener au maximum. J’avoue ne pas avoir beaucoup aimé Teheran, les capitales ne sont généralement pas ma tasse de thé.

Nous avons ensuite pris le bus pour Kashan. C’est ici que nous avons fait notre première experience en matière de bienveillance Iranienne. Maria, une Iranienne que était assise juste devant nous commence à discuter avec nous et nous demande où nous allons être hébergés pendant notre séjour à Kashan. Nous n’avions aucun hôtel de réservé donc elle s’occupe de nous : elle appelle une amie qui peut nous héberger et nous offre le taxi pour aller chez son amie. Arrivés sur place, nous visitons la maison puis la jeune fille nous explique qu’elle ne peut finalement pas nous accueillir pour la nuit et nous renvoie vers un couch-surfer qui est habitué à héberger des touristes.

Arrivés là bas, le couch-surfer nous invite à dîner dans sa famille. Moment surréaliste de notre voyage : nous sommes dans une famille iranienne comme si nous les connaissions depuis toujours. On nous montre des photos de famille et toutes les dix minutes une nouvelle personne arrive pour se joindre à nous pour le dîner. Nous sommes pris en photo, faisons un Skype avec un des fils qui vit aux Etats-Unis, jouons avec une petite fille d’environ 5 ans et nous discutons avec les iraniens présent qui nous offrent toujours-toujours-toujours à manger. Il n’y a pas une minute où nous ne sommes pas entrain de manger quelque chose. Vers 2 heures du matin, il est l’heure de partir, nous rejoignons la maison du couch-surfer et nous dormons à l’iranienne : à même le sol, sur une sorte de matelas, une table entre mon ami et moi.

Mosquée de Kashan

Nous faisons un tour dans Kashan, où nous allons manger des plats typiquement Iraniens et nous visitons la mosquée. Nous partons ensuite dans le desert pour une nuit. C’est un endroit que j’adore : c’est calme et silencieux, difficile d’expliquer ce que je ressens, debout, au milieu de ces étendus de sable. Il y a le désert de dunes, mais aussi le désert de sel. L’ambiance du désert de sel est vraiment exceptionnel, presque apocalyptique, le sentiment est vraiment différent.

Desert de dunes – province de Kashan
Desert de sel – Province de Kashan

Ispahan et Yazd

Le lendemain, après une nuit dans le désert, nous partons pour Ispahan. Je dois être honnête : c’est la ville que j’ai préféré. C’est une ville magnifique, pleine d’histoire, une sorte de musée à ciel ouvert. A chaque fois qu’on lève les yeux, on voit quelque chose d’unique, et l’ambiance dans cette ville est particulière. Elle semble pleine d’énergie et l’atmosphère est propice à la balade. Il y a une grande promenade le long de la rivière : les Iraniens se retrouvent dans l’herbe pour faire des pic-nic. Tout le monde nous sourit, dit bonjour et nous fait des signes de la main. Nous marchons toute la journée, sans lassitude et sans fatigue.

Malheureusement, nous sommes arrivés à Ispahan le vendredi, donc beaucoup de choses sont fermées mais nous allons quand même visiter la Mosquée du Sheik Lotfollah et passons un peu de temps sur la place de l’Imam.
Fais attention si tu veux visiter l’Iran, le vendredi est l’équivalent du dimanche français, tout est fermé.

Place de l’Imam – Mosquée du Sheik Lotfollah. Ispahan

Nous partons ensuite pour Yazd, petite ville du désert. C’est une ville agréable, malgré la chaleur qui y règne. Nous sommes dans un hôtel où l’accueil et l’hospitalité du staff sont inégalables. Le premier jour à Yazd, je le passe à dormir, la fatigue de ces derniers jours commence à peser lourd sur mes épaules. Le deuxième jour, nous allons à Saryazd, petite ville fortifiée très bien conservée.

L’endroit servait de refuge aux villages alentours en cas d’attaques. Se balader là dedans est un petit plaisir. Il n’y a personne d’autres que nous et nous grimpons pour profiter de la vue. Nous passons le reste de la journée avec notre guide, jeune demoiselle de 23 ans qui étudie le tourisme en plus d’être à la reception de l’hôtel et de faire le guide. Son but est de parler français et allemand en plus de l’anglais et du Farsi. Nous visitons donc trois endroits : une Tour des Vents (Bâd-gîr en persan), le musée du Temple du Feu et une Tour du Silence. Le premier endroit est très intéressant d’un point de vue architectural. La tour des vents servait à faire entrer et sortir le vent dans les bâtiments afin de mieux supporter les chaleurs étouffantes. Notre petite guide nous explique que les petits morceaux de bois sont assemblés comme un puzzle, sans aucune colle et les vitraux apportent une belle lumière à l’intérieur du bâtiment.

Intérieur du bâtiment de la Tour du Vent. Yazd

La tour du silence est impressionnante. Les Zoroastriens ne veulent pas souiller leur terre et n’entèrent pas leur mort. Ils grimpent donc au sommet d’une colline avec les cadavres afin de mettre les corps dans un trou pour qu’ils se fassent manger par les vautours. Au sommet, il y a un silence assourdissant et la vue sur la ville est impressionnante.

Sommet d’une des Tours du Silence

Nous partons ensuite pour Shiraz, aux alentours de minuit, et pour connaitre la fin du voyage, c’est juste ici !

4 Commentaires

Ajoutez les vôtres
    • 2
      Eliz

      Coucou !

      Merci ! Malheureusement, c’était il y a déjà plus de deux ans et je ne retrouve pas toutes les photos que j’ai pu prendre 🙁
      Mais sinon, oui c’était assez dingue comme experience, c’était cool de voir un pays aussi peu connu !

      Bisous :))

Quelque chose à ajouter ? :)